CHI – ALL : L’Allemagne en démonstration

32174458322_a0bb2896a3_z

15 janvier 2017

Face à une équipe du Chili qui avait réussi à surprendre la Biélorussie deux jours plus tôt, l’Allemagne a très vite éteint tout suspense pour s’imposer largement (35-14), ce dimanche au Kindarena de Rouen. Et sans Uwe Gensheimer, la star de la sélection, entré en jeu seulement pour les penalties…

La feuille de match
Groupe C : les résultats

Le Chili devra encore attendre pour accrocher une deuxième nation européenne à son tableau de chasse lors d’un Championnat du monde. Vainqueur historique de la Biélorussie (32-28) deux jours plus tôt, le vice-champion d’Amérique du Sud a été surclassé par l’Allemagne (35-14), devant 5588 spectateurs ce dimanche, au Kindarena de Rouen. Bien évidemment mieux armée sur le papier, la Mannschaft n’attend pas longtemps pour le démontrer sur le terrain et mène déjà 17-6 à la pause. Une première période où Andreas Wolff, le portier de Kiel, limite les Sud-Américains à 27% de réussite aux tirs, gagnant ses duels à six mètres, sur pénalty et même lorsque son équipe joue en double infériorité numérique… De quoi mériter son trophée de MVP au coup de sifflet final.

D’entrée, Mateo Garralda, le sélectionneur du Chili, avait tenté un coup en misant sur une défense étagée, dans le but de perturber les arrières allemands. Pari manqué. Alors que son équipe est déjà menée de six buts après un quart d’heure de jeu (3-9), l’ancien international espagnol, sextuple vainqueur de la Ligue des champions, pose son premier temps mort pour faire redescendre “à plat” son système défensif. Insuffisant pour perturber la machine bien huilée des champions d’Europe en titre, dangereux dans tous les secteurs avec neuf buteurs différents dans les trente premières minutes. Laissé au repos par son entraîneur Dagur Sigurdsson, Uwe Gensheimer entre seulement en jeu pour tirer, et convertir, les penalties (4/4).

Le joueur star et capitaine de la sélection allemande, récemment endeuillé et qui pourrait manquer un match la semaine prochaine afin d’assister aux funérailles, a été remplacé sur son aile gauche par un efficace Rune Dahmke (7/11, photo), souvent trouvé sur contre-attaques. En seconde période, la différence de niveau entre les deux formations est toujours aussi criante. Avec 19 pertes de balles au total et toujours trop d’échecs aux tirs, les frères Feuchtmann et leurs coéquipiers pouvaient difficilement espérer mieux et terminent sur un écart très lourd de – 21 au score (14-35). Ils savent à présent qu’ils ne peuvent plus miser sur l’effet de surprise. Alors que l’Allemagne pourrait avoir un nouveau match facile, mardi contre l’Arabie Saoudite (17h45), eux devront enchaîner vingt-quatre heures plus tôt par un nouveau gros défi, face aux Hongrois.

Photo : Philippe Montigny/France Handball 2017

Les réactions

Patrick Wiencek (pivot de l’Allemagne) : “Nous étions très concentrés dès le début du match, comme nous aurions pu l’être pour n’importe quelle autre rencontre. Mais après quelques minutes, nous avons rapidement conclu l’affaire. Nous sommes restés focalisés sur notre défense haute ainsi que sur notre attaque. On ne pouvait pas s’attendre à ce que ce soit un match si facile, même si c’est ce qui s’est passé au final.”

Mateo Garralda (sélectionneur du Chili) : “Personnellement, cela a été un honneur d’affronter le champion d’Europe. Nous avons juste essayé de jouer au handball. Nous avons eu quelques belles occasions de tir, mais nous ne sommes pas parvenus à réduire l’écart. Toutes les fautes que nous avons commises ont été exploitées par nos adversaires en attaque. Tout était une question de mental et d’état d’esprit. Peut-être que c’est de ma faute, que j’ai commis des erreurs dans notre préparation. Nous visons les huitièmes de finale, mais il nous faudra être meilleurs si nous souhaitons atteindre ce but.”