Cinq nouvelles règles du jeu appliquées dès les Jeux Olympiques de Rio

BG6R9395

13 juillet 2016

Après un long processus de réflexion et de concertation, la Fédération Internationale de Handball (IHF) a récemment adopté des modifications des règles du jeu, portant sur cinq points bien précis. Ces modifications entreront en vigueur dans les compétitions internationales dès cet été, donc aux JO de Rio. Voici ce qu’il faut savoir sur ces cinq nouvelles règles.

Lors du tournoi olympique de Rio (du 6 au 21 août), les nouvelles règles du handball adoptées par l’IHF seront appliquées pour la première fois. Elles seront dorénavant la norme dans les compétitions organisées ou parrainées par l’IHF et seront donc en vigueur lors du Championnat du monde 2017 en France. En voici le détail :

Gardien de but en tant que joueur de champ

Jusqu’ici réservée aux périodes d’infériorité numérique, la possibilité de remplacer son gardien par un joueur de champ est désormais étendue à tout le match, de sorte qu’une équipe pourra évoluer avec sept joueurs de champ sur le terrain. La chasuble qui signalait qu’un joueur de champ avait remplacé numériquement le gardien n’est plus obligatoire. Cependant, lorsqu’une équipe choisira d’évoluer avec uniquement des joueurs de champ, aucun d’entre eux ne sera autorisé à pénétrer dans la surface de but pour prendre le rôle de gardien. Dans le cas où un joueur transgresserait cette règle pour détruire une occasion manifeste de but, son équipe sera sanctionnée d’un jet de sept mètres.

Joueur blessé

Ayant constaté de nombreux abus en matière de temps morts médicaux, avec des joueurs qui demandaient à se faire soigner sur le terrain même si ce n’était pas nécessaire, uniquement dans le but de hacher le match et de casser le rythme adverse, l’IHF a voulu mettre en place une règle dissuasive. Ainsi, désormais, lorsqu’un joueur demandera une intervention médicale, les arbitres décideront si celle-ci peut être effectuée sur le terrain ou si le joueur concerné doit quitter le terrain pour se faire soigner. Dans le cas où le joueur se fera soigner à l’intérieur de l’aire de jeu, il devra ensuite quitter le terrain après l’intervention des soigneurs, puis attendre que son équipe ait effectué trois attaques pour revenir en jeu (s’il s’est blessé alors que son équipe était en possession du ballon, cela sera compté comme une première attaque). Cette règle ne s’appliquera pas pour les gardiens de but touchés à la tête par une balle.

Jeu passif

Afin de permettre aux arbitres de gérer plus sereinement les situations de refus de jeu, l’IHF a décidé d’instaurer une norme chiffrée pour cette situation de jeu qui était jusqu’à présent laissée  à l’appréciation des officiels. Désormais, après le signal d’avertissement (le bras levé) donné par l’arbitre, l’équipe attaquante disposera d’un maximum de 6 passes pour tirer au but. A noter que le compteur de passes ne sera pas remis à zéro en cas de jet franc accordé à l’équipe attaquante ou de tir bloqué. La seule possibilité pour obtenir une passe supplémentaire est que l’équipe en défense commette une faute après la sixième passe, mais avant que l’arbitre ne siffle un jeu passif.

Dernière minute

Cette règle vise à éradiquer les comportements antisportifs en fin de match, dans des situations de préservation de score. Il s’agit en fait du durcissement d’une règle établie en 2010 pour la dernière minute de jeu. Considérant cette période comme trop longue, l’IHF l’a réduite aux 30 dernières secondes du match (et des éventuelles prolongations). Le principe est de sanctionner systématiquement les fautes antisportives par un jet de sept mètres, en plus du carton rouge, quel que soit l’endroit où elles ont été commises. A noter que si l’attaquant victime d’une faute intentionnelle parvient tout de même à passer le ballon à un coéquipier, et que celui-ci ne marque pas, un jet de sept mètres sera accordé.

Carton bleu

La dernière nouveauté de réglementation décidée par l’IHF est l’introduction d’un carton bleu, en plus des cartons jaune et rouge. Son rôle sera très simple : il permettra de distinguer si une exclusion définitive donnera lieu, ou pas, à un rapport écrit après le match, ce qui était peu aisé jusqu’ici. Ainsi, lorsqu’une faute ayant entraîné une disqualification sera suffisamment grave pour nécessiter un rapport, l’arbitre brandira le carton rouge, puis le carton bleu (et uniquement le carton rouge s’il s’agit d’une disqualification sans autre conséquence).

Les nations du handball international vont donc désormais devoir intégrer ses nouvelles règles et parfois modifier leurs habitudes en conséquence. « Toutes les équipes sont placées sur un même pied d’égalité et devront préalablement s’imprégner des nouvelles règles afin de les exploiter du mieux possible », constate François Garcia, ancien arbitre international et président de la Commission Centrale d’Arbitrage de la FFHandball, sur le site de la fédération.

+
Les brèves