Comité d’Organisation : La jeunesse aux manettes

BG6R6752

24 mars 2015

, ,

Plusieurs jeunes licenciés ont intégré le Comité d’Organisation France Handball 2017. Avant, pendant et après la compétition, ils feront bénéficier les organisateurs de leur vision et de leurs idées. Une démarche originale qui repose sur des adolescents aux profils différents mais tous aussi motivés que passionnés.

L’un des défis du handball français dans les prochaines années sera d’attirer et de fidéliser les jeunes pratiquants d’un sport parfois encore vu comme trop classique et pas assez « tendance ». Face à ce constat, l’organisation du Championnat du Monde 2017 a eu l’idée de s’adjoindre les services et la spontanéité de plusieurs handballeurs âgés de 15 à 17 ans, qui servent de passerelle entre les jeunes qui jouent en club et le Comité d’Organisation, qui se rapproche ainsi d’une population qui lui est chère. La collaboration fonctionne dans les deux sens : Les organisateurs testent leurs idées sur les adolescents, mais les suggestions de ces derniers sont également plus que bienvenues.

Pour sélectionner ces ambassadeurs de la jeunesse, 26 534 questionnaires ont été envoyés par email à tous les licenciés FFHB de la tranche d’âge concernée. Et le retour a dépassé toutes les espérances. « Nous avons reçu plus de 2 000 réponses, bien plus que prévu. Elles venaient de partout, même d’Outre-mer. Et la plupart en moins d’une semaine ! », détaille Thierry Gaillard, Conseiller Technique National auprès de la Direction du Développement de la FFHB. L’idée de contribuer au succès de France Handbal 2017 a généré un enthousiasme qui a failli prendre tout le monde de court.

« Parité et diversité »

Il a donc fallu choisir les heureux élus en étudiant toutes les réponses au questionnaire, à la recherche des idées les plus intéressantes et des candidats les plus motivés. Mais aussi en gardant en tête des éléments capitaux : La parité et la diversité. Age, sexe, région d’origine accueillant ou non des matchs du Championnat du Monde 2017… La pluralité règne au sein de ce groupe d’adolescents qui ont tout de même au moins un point commun : leur amour du handball.

Léna est en Seconde en internat à Brest et gère de front ses études et six entraînements de handball par semaine au CLE (Centre Labellisé d’Entraînement). Elle a découvert la discipline à 5 ans et elle est maintenant arrière au club de Chateaulin, bien loin de Montpellier, son équipe préférée. « Vivre une telle compétition de l’intérieur, ça va être une super expérience. Ce qui sera phénoménal, c’est le monde qui assistera au match, et le niveau sportif. J’ai hâte de découvrir le Championnat du Monde, mais aussi de le faire découvrir et de partager les informations », dit-elle. Pas étonnant pour celle qui veut travailler dans la communication ou le journalisme.

« Le handball est ma passion, France Handball 2017 va être un immense événement dans mon sport et ça se passe ici, j’étais donc vraiment motivé. Dans ma candidature, j’ai exprimé quelques idées pour encore mieux partager les émotions du Mondial avec les jeunes. » Voilà certainement ce qui a valu à Thibaud, 15 ans, d’être sélectionné. Après le judo, il est passé au handball il y a 7 ans et il défend les couleurs du Cambronne SCH à côté de sa ville, Machemont, dans l’Oise. Côté haut niveau, ses préférences vont au Cesson Rennes Métropole Handball et au PSG Handball. Plus tard, Thibaud aimerait travailler dans la police scientifique. Mais en attendant il n’a qu’une hâte : représenter le Comité d’organisation pendant les deux années à venir.

« Tout faire pour donner l’envie »

Le handball est la priorité sportive de l’autre Thibault du groupe, mais le jeune Vendéen pratiquait aussi le roller in line hockey, la natation, le judo et le surf avant que ses études ne l’obligent à faire des choix. Fan du PSG Handball, de Luc Abalo et de Thierry Omeyer, Thibault joue au Olonne Vendée Handball et se félicite que l’équipe de France dispute sa poule à Nantes, près de chez lui. Mais, comme il l’explique : « Sinon, mon père et moi n’aurions pas hésité à nous déplacer n’importe où dans le pays pour voir jouer la France. Une telle équipe qui, en plus, joue le Mondial chez elle, c’est phénoménal ! Je vais tout faire pour donner aux jeunes l’envie de suivre cette compétition. »

Quant à Chloé, elle n’a pas vraiment d’équipe ou de joueur préféré. Ce qu’elle aime, c’est le handball en lui-même. A 16 ans, elle a déjà 10 ans de pratique derrière elle et elle évolue au poste de demi-centre ou de pivot au HBC Lure-Villers, en Franche-Comté. Elle a encore du mal à croire qu’elle fait partie des sélectionnés : « Quand j’ai reçu la réponse, je pensais que ce n’était qu’une présélection. Etre choisie parmi 2 000 personnes, c’est incroyable ! Participer à l’organisation, c’est vraiment enrichissant. J’espère pouvoir contribuer à la reconnaissance du handball à sa juste valeur, surtout auprès des jeunes. » Classe de 1ère L oblige, Chloé est aussi passionnée de littérature.

« Arbitre, entraîneur et joueuse »

« Ce qui va être le plus phénoménal en janvier 2017, c’est l’ambiance qu’il y aura entre les équipes et avec le public. Beaucoup de gens vont aussi s’intéresser au handball à travers les événements prévus par les organisateurs », prévoit Morgane, qui compte bien participer activement. Contrairement à ses camarades, la Parisienne n’est plus lycéenne mais étudiante en STAPS. Venue au handball il y a 12 ans pour suivre ses parents et sa tante, elle est arbitre, entraîneur et joueuse au Stade Français et au Paris Galaxy Handball. En dehors des terrains de handball, elle pratique le catamaran et la boxe.

Le handball et la politique, voilà les deux passions de Thomas, un Charentais de 17 ans. Et il s’y implique totalement. Dans le handball, par l’intermédiaire de l’arbitrage qu’il a débuté en même temps que son sport il y a dix ans. Mais aussi dans son lycée, où il est élu au Conseil Académique. France Handball 2017 va lui ouvrir de nouveaux horizons : « C’est un rêve d’enfant, je vais pouvoir travailler au sein d’un Mondial pour ma fédération et pour mon sport. Nous allons montrer notre passion à tout le pays et contribuer à donner un coup d’accélérateur phénoménal au handball en France. »

Si ce groupe de jeunes du CO France Handball 2017 sera sollicité tout au long des deux prochaines années, les 2 000 jeunes handballeurs qui ont répondu à l’appel du Comité d’Organisation seront de la fête aussi. Ils constituent le deuxième cercle de référence sur lequel les organisateurs vont pouvoir compter partout en France, même après la fin du Championnat du Monde. L’héritage que laissera France Handball 2017 est à destination des jeunes générations, mais ce sont aussi ces jeunes qui vont contribuer à le construire.

 

+
Les brèves