Culture Hand : Teddy Riner

TeddyRiner

15 décembre 2016

Jusqu’au coup d’envoi du Championnat du monde 2017, nous donnons la parole à une personnalité, sportive ou autre, qui nous parle de son rapport au handball et évoque la compétition en France. Place à Teddy Riner, octuple champion du monde et double champion olympique.

Teddy, avez-vous déjà joué au hand et auriez-vous fait un bon handballeur ?

Oui, ça m’est arrivé en 5e, à l’UNSS. Je ne sais pas trop si j’aurais fait un bon handballeur, mais vu mon gabarit, je me serais bien vu attaquant, j’aime bien attaquer, ou sinon, dans les buts, parce que je remplis bien l’espace !

Trois mots pour définir le hand ?

Joli, courage, endurance.

Quel est pour vous le joueur le plus phénoménal ?

Tous les joueurs de l’équipe de France m’impressionnent, mais je dirais Niko Karabatic, j’ai échangé avec des handballeurs pendant les Jeux Olympiques, qui m’ont tous confirmé que c’était le meilleur sur tous les plans. Sinon, je suis stupéfait quand je vois les matchs de Luc Abalo qui, avec son style plus atypique, arrive toujours à sortir quelque chose de sa poche.

Si vous ne deviez garder qu’un souvenir de hand ?

Le plus récent : les quarts, la demi-finale et la finale de Rio des Experts, même si ça ne s’est pas fini comme on le souhaitait.

Vous avez été sacré champion du monde à Paris en 2011, pouvez-vous nous parler de l’impact qu’a le fait d’évoluer devant son public, comme le feront les Experts en janvier ?

Ça donne du souffle ! C’est un plus non négligeable dans la tête, on part forcément avec un gros avantage. Après, c’est aussi une pression supplémentaire parce qu’il ne faut pas se louper. On est à la maison, on a envie de faire plaisir à tout le monde, de réussir devant ses proches. Donc c’est un plus comme ça peut être un moins si on gère mal cette pression. Mais je ne me fais pas trop de souci pour les handballeurs, ce sont tous de grands joueurs, habitués à ce genre de grands événements, je suis sûr qu’ils sauront faire, on sera en tout cas tous à fond derrière eux.

Crédit Photo : Adidas