Denis Brogniart : “Avec le hand, la magie opère toujours”

DENIS BROGNIART

29 janvier 2017

Animateur emblématique de Koh Lanta sur TF1, Denis Brogniart est un passionné de sport et de handball en particulier. Dimanche, il sera aux commandes du “Mag”, en direct de l’AccorHotels Arena, dès 16h15, pour une émission spéciale à l’occasion de la finale du Championnat du monde 2017. 

Comme pour le match d’ouverture, l’équipe de France a de nouveau rempli l’AccorHotels Arena en demi-finale ce jeudi, dans une ambiance extraordinaire !
Je suis très impressionné, mais pas surpris. A Nantes, c’était déjà de la folie. A Lille, c’était incroyable, aucun joueur n’avait connu un truc comme ça ! Ici, à Paris, j’espère que ce sera la même chose pour la finale. C’est fabuleux ! Cela fait du handball un des sports majeurs aujourd’hui, alors qu’il ne s’agissait que d’un sport de gymnase il y a encore vingt cinq ans, avant 1992 et la médaille de bronze olympique des Barjots. 

Aviez-vous déjà assisté à des matches des Experts ?
J’ai vu de nombreux matchs aux Jeux Olympiques. J’ai également la chance d’être copain avec Philippe Gardent, donc j’ai assisté à des rencontres à Paris et à Chambéry. C’est un sport que j’ai toujours beaucoup aimé parce que c’est un sport simple. Encore une fois, même si aujourd’hui il a dépassé le cadre scolaire, on l’a tous pratiqué lorsqu’on était gamins, donc tout le monde connaît les règles et en garde des souvenirs. 

Vous dites ne pas être surpris par l’engouement, et pourtant, deux fois 28 000 personnes dans le stade Pierre-Mauroy à Lille, des matches à guichets fermés sur pratiquement tous les sites organisateurs, même lorsque la France ne jouait pas… C’est phénoménal !
Vous savez, on est super heureux à TF1 d’avoir obtenu ce Championnat du monde dès les quarts de finale. En gros, en France, on est extrêmement chauvin… et il faut la réunion d’un sport, de personnages charismatiques et d’un événement pour assister à tout ce qui se passe en ce moment. Année après année, l’équipe de France de handball est allée chercher des résultats. Et année après année, ce sont ses belles performances qui ont donné aux Français l’envie de suivre les Tricolores. Quand ce n’est pas en Championnat du Monde, c’est à l’Euro ou alors aux Jeux Olympiques. Tous les ans, il y a comme une piqûre de rappel. 

D’où vient la force du handball aujourd’hui ?
C’est un sport qui vit bien, qui se régénère aussi à travers ses personnalités. Quand je vois Olivier Girault et Jackson Richardson sur beIN SPORTS, Gregory Anquetil et Philippe Gardent avec nous : tous ces personnages charismatiques évoluent toujours dans la discipline. On les a connus sur le terrain, les générations passent et ils sont toujours présents. En équipe de France, on a toujours peur que la relève ne soit pas totalement assurée… Mais avec le hand, la magie opère toujours. Dans la nouvelle génération, celle des Mahé, Fabregas, Remili, quatre ou cinq jeunes font déjà leur trou. Et puis tous arrivent avec des parcours différents. Prenez Fabregas , il était champion de VTT trial quand il était jeune et regardez où il en est aujourd’hui. Il y a aussi de vraies histoires d’hommes autour de cette équipe.

On vante souvent la simplicité et l’accessibilité des handballeurs…
Ils ne sont pas déconnectés de la réalité. Un génie du handball va gagner ce que gagne un cadre supérieur de très haut niveau. Ce sont des gens qui vivent normalement. Dans ce sport, un bon salaire oscille entre 5 et 10 000 euros. Un excellent salaire est plus proche des 20 000 euros. Un joueur de football qui évolue au niveau National peut déjà toucher cette somme. Le hand reste un sport où il existe une vraie proximité avec ces mecs-là.

Si vous deviez faire un pronostic sur la finale…
Si je me fie à ce que disent les spécialistes, ce sera plus compliqué d’affronter la Norvège que la Croatie. Je préférais la Croatie parce qu’il y a aussi une histoire avec les Karabatic et que les France-Croatie sont toujours des matches à couteaux tirés. Mais si on bat la Norvège, ça me va aussi…

Photo : Laurent Vu/TF1