Fernandez : « Le Championnat du monde sera fantastique »

Karabatic_Danemark

24 août 2016

Présent à Rio comme consultant pour France Télévisions, Jérôme Fernandez a assisté à tout le tournoi de handball. Le double champion olympique est donc bien placé pour dresser le bilan de la compétition et évoquer les perspectives en vue du Championnat du monde 2017 en France.

Qu’avez-vous pensé de la finale ?

J’ai trouvé que les Français avaient été à la hauteur d’une finale olympique ; malheureusement pour eux, les Danois ont fait le match parfait. Les Bleus ont eu quelques petites baisses de régime à certains moments qu’ils ont payé cher, parce que cela a permis à leurs adversaires de faire la différence. Après, on ne peut pas en vouloir aux Français, ils ont fait 97% du tournoi de façon parfaite, ils sont juste tombés sur une équipe du Danemark qui, en finale, m’a donné l’impression d’être imbattable.

Le Danemark est-il un beau champion olympique ?

Oui, bien sûr. Il faisait figure des favoris du tournoi, avec la France, l’Allemagne et la Croatie. Finalement, on retrouve sur le podium trois de ces quatre équipes, une certaine logique a été respectée, et le Danemark a mérité l’or au regard de sa prestation en finale.

Quelles ont été vos bonnes surprises et déceptions du tournoi ?

J’ai trouvé que les Brésiliens avaient fait un très bon tournoi, ils se sont fait sortir en quarts par la France parce qu’ils n’avaient plus d’énergie après leur excellente phase de poule, ce sera intéressant de voir s’ils confirmeront dans un autre contexte au Championnat du monde 2017. Les Egyptiens ont aussi fait leur tournoi en tenant la dragée haute à pas mal d’équipes européennes, il faudra s’en méfier en France. Du côté des déceptions, je citerais la Pologne qui a certes été en demi-finale mais ne méritait pas d’aller en quarts au regard de sa phase de poule. Elle n’a réussi qu’un match, face à la Croatie, qui lui a permis de se qualifier pour les quarts. Je suis aussi déçu pour la Suède : quand j’étais jeune, j’ai connu la grande Suède, j’ai d’ailleurs commenté les Jeux ici pendant quinze jours juste à côté de mon idole d’enfance, Magnus Wislander, et le fait de voir la Suède ne gagner que le dernier match de poule qui ne comptait pas contre le Brésil m’a fait bizarre. J’espère qu’ils vont redresser la tête en France.

Quels joueurs vous ont marqué ?

J’ai bien aimé le gardien polonais, Piotr Wyszomirski, qui a fait une phase finale exceptionnelle, en quart, demi-finale et petite finale, également l’ailier droit slovène, Blaz Janc, qui m’a vraiment plu. Après, bien évidemment, les Danois Mikkel Hansen et Lasse Svan Hansen qui ont à eux deux tenu leur équipe pendant pratiquement tout le tournoi, j’ajouterais d’ailleurs Morten Olsen, qui a été très bon. Grâce à ces trois joueurs, ils ont réussi à aller jusqu’en finale et contre la France, leurs coéquipiers se sont mis au diapason en étant tous bons. Quant aux Français, ils ont globalement tous répondu présent, il leur a juste manqué un peu de carburant en finale.

Leur médaille d’argent va-t-elle leur donner davantage de motivation au moment de jouer le Championnat du monde à domicile en janvier prochain ?

Je pense que cette équipe avait les moyens et l’envie d’aller chercher un titre olympique puis un titre mondial en France. C’est une petite déception pour elle de ne finir que médaillée d’argent à Rio, donc effectivement, ça va sans doute lui donner un peu plus de « niaque » pour le Championnat du monde.

Vous avez joué et gagné un Championnat du monde en France en 2001, qu’en gardez-vous ?

C’est extraordinaire, je n’en garde que des super souvenirs. Nous avons joué dans des salles où, à chaque fois, c’était le feu. C’est vraiment le meilleur moyen de communier avec le public et avec tous les gens qui font le handball : les bénévoles, tous les licenciés, les dirigeants de ligues, de comités, de clubs, c’est tout le handball français qui se mobilise pendant trois semaines. Cela va donc être un événement fantastique, d’autant que maintenant, nous avons de très belles salles.

Est-ce une occasion de montrer que la France est vraiment une terre de hand ?

Oui, mais aussi de montrer que si la France a énormément gagné depuis vingt ans et est devenue la meilleure nation du monde, elle continue de vouloir s’améliorer dans tous les domaines : au niveau des infrastructures, des clubs, de la formation – les centres de formation ont été créés il n’y a pas si longtemps -, c’est toute une pyramide qui permet d’avoir une équipe de France au top niveau.

Crédit Photo : FFHandball/Rondeau

+
Les brèves