FRA-POL : Les Bleus dans la douleur

32407013095_693777bbe5_z

19 janvier 2017

Pour son dernier match au Hall XXL de Nantes, la France, avec une équipe très remaniée, a connu sa rencontre la plus difficile depuis le début du Championnat du monde 2017, mais a tout de même battu la Pologne (26-25). Elle jouera contre l’Islande en huitième de finale samedi 21 janvier au Stade Pierre-Mauroy de Lille Métropole (18h00).

La feuille de match
Groupe A : les résultats

Après un début de compétition idéal (quatre victoires en quatre matchs, avec à chaque fois plus de 30 buts inscrits), la France, déjà qualifiée pour les huitièmes de finale et assurée de la première place dans le groupe A, avait l’occasion de reposer ses cadres à l’occasion de son dernier match de poule contre la Pologne. Et les sélectionneurs Didier Dinart et Guillaume Gille, en ont profité, laissant notamment Nikola Karabatic, Michaël Guigou et Valentin Porte sur le banc pendant l’intégralité de la première période.

Très décevante depuis le début de la compétition, la Pologne entame la partie avec beaucoup d’application des deux côtés du terrain, tout comme les Français, qui ont bien l’intention de prendre au sérieux ce match même dénué d’enjeu, ne serait-ce que pour contenter leurs supporters. Ces derniers mettent d’entrée une ambiance de feu au Hall XXL, une nouvelle fois à guichets fermés ce jeudi (10 500 spectateurs). Avec un Thierry Omeyer bouillant dès le début de match (4 arrêts à 4/7 dans les dix premières minutes), la France prend les devants (5-3, 10e), mais passe dans la foulée plus de cinq minutes sans marquer, ce qui permet aux Polonais de revenir au score (5-5). Les deux équipes se rendent ensuite coup pour coup jusqu’à la mi-temps, atteinte sur un score de parité (13-13).

Lancé par le duo de sélectionneurs français dès la reprise, Michaël Guigou fait immédiatement la différence, avec deux buts et deux passes décisives dans les cinq premières minutes du deuxième acte. De l’autre côté du terrain, les Polonais sont en panne sèche (aucun but entre la 31e et la 38e), ce qui permet aux Bleus de creuser enfin l’écart (18-13, 37e). Mais l’ailier de Montpellier sort bien vite, touché à la cheville, et la Pologne revient à portée des Bleus (19-17, 45e). Le score est serré jusqu’au bout, mais les Tricolores restent en tête au forceps, portés en attaque par Nedim Remili (4 buts à 4/5 au tir en deuxième période) et par Olivier Nyokas (7 buts à 7/9 au tir, désigné “homme du match”). Finalement victorieuse sur un score étriqué (26-25), la France connaît désormais son adversaire en huitième de finale. Samedi 21 janvier à 18h, au Stade Pierre-Mauroy, elle affrontera  l’Islande, qui a pris la 4e place du groupe B. De son côté, la Pologne disputera la Coupe du Président à la Brest Arena, en commençant par un match contre la Tunisie, samedi 21 janvier à 16h.

Les réactions :

Didier Dinart (sélectionneur de la France) : “Nous avons fait beaucoup de rotations sur ce match. Nous avions besoin de reposer plusieurs joueurs à l’approche de ce qui nous attend à Lille Métropole, ça va être très difficile. Sur la dernière action du match, je suis un peu fâché, on n’a pas respecté les consignes, mais sinon, il n’y a pas grand chose à dire sur ce match.”

Talant Dujshebaev (sélectionneur de la Pologne) : “Mes joueurs ont livré un très gros combat, je suis très fier d’eux. Ce soir, on a vu la différence qu’il y a entre une équipe très expérimentée et des joueurs qui ont encore beaucoup à apprendre. Nous avons perdu sur des détails, une balle perdue par-ci, un tir manqué par-là, et deux arrêts déterminants des Français dans les deux dernières minutes. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes, donc nous ne sommes pas tristes, il n’y a pas grand chose à regretter après un tel match.”

Photo : Stéphane Pillaud/IHF