Feutrier : “Mon père est un peu la mascotte de l’équipe”

32230672986_4d6a8059d8_z

13 janvier 2017

Né à Paris mais élevé au Japon, Anri Doi, ou Rémi Feutrier pour les Français, 27 ans, vivra un match spécial ce vendredi en affrontant l’équipe de France dans les rangs japonais. Avec un seul mot d’ordre : prendre du plaisir.

Ce match face aux Bleus aura forcément une saveur particulière pour vous le Franco-Japonais…
Ce sera très spécial pour moi car je suis né ici. Mais j’ai vécu au Japon ensuite, donc j’ai plutôt le cœur japonais. Je serai en tout cas très fier et très heureux d’être sur le terrain.

A quel type de match vous attendez-vous ?
Un match très compliqué, mais nous n’avons rien à perdre. Nous allons montrer ce que nous savons faire et j’espère que nous arriverons à surprendre les Français. Même si on ne gagne pas, ce n’est pas grave, nous sommes là pour vivre de bonnes expériences. Contre les champions du monde, ce sera le cas.

Donnerez-vous des conseils à vos coéquipiers face à des joueurs que vous côtoyez régulièrement dans le championnat de France (Feutrier est ailier gauche à Chambéry, ndlr) ?
Pour 95% des joueurs, moi compris, c’est notre premier Championnat du monde et il ne faut pas avoir peur face à la France.

Quels sont les objectifs du Japon durant ce tournoi ?
On est là pour apprendre et on ne va pas trop se prendre la tête. Bien sûr, on aimerait gagner un ou deux matchs ou même passer en huitièmes de finale, mais le résultat n’est pas forcément le plus important. L’objectif ce sont vraiment les Jeux Olympiques en 2020 et ce Championnat du monde est en quelque sort le passage obligé pour progresser.

Jouer ce Championnat du monde, est-ce un accomplissement pour vous ?
Bien sûr, depuis que je suis tout petit, je veux jouer cette compétition et je rêve d’être en équipe nationale. C’est un moment important dans ma carrière.

Des membres de votre famille seront-ils dans les tribunes pour vous encourager ?
Oui, il y en aura même un paquet ! Et vous ne pourrez pas manquer mon père, son visage est tout peint et il a son chapeau du mont Fuji sur la tête. Avec son déguisement, il est un petit peu la mascotte de l’équipe du Japon. Ma mère s’est aussi déplacée, c’est une nouveauté, elle ne vient jamais me voir jouer d’habitude. C’est vraiment un événement pour toute la famille !