La Russie domine le Japon sans forcer

Russie-Japon

12 janvier 2017

Pour son premier match dans le Championnat du monde 2017, la Russie a disposé d’un Japon rapide et volontaire sans trop de difficultés (39-29), grâce notamment à l’entrée efficace du gardien Vadim Bogdanov.

La feuille de match
Groupe A : les résultats

Etait-ce de la nervosité ? Ou juste un meilleur échauffement côté russe ? Quoi qu’il en soit, le début de match a été à l’avantage des partenaires de Timur Dibirov, qui ont profité très tôt des pertes de balle adverses pour creuser un écart (6-1 après six minutes de jeu). Le temps-mort demandé par Antonio Carlos Ortega, le coach japonais, a alors aidé ses joueurs à revenir dans le match. Le temps pour Hiroki Shida de montrer son talent à longue-distance, alors que Masatake Kimura faisait de même dans sa cage. En quelques minutes, le Japon était de retour dans le match, à seulement trois buts de la Russie (12-9). Les Japonais ont peu à peu pris confiance, n’hésitant pas à utiliser sept joueurs de champ et à déployer une défense agressive. Côté russe, Pavel Atman, avec six buts au total, a fait de son mieux, mais ses partenaires de la défense ont été trop brouillons pour permettre de reprendre le large. A la pause, la Russie ne menait que de deux buts, 18-15.

En seconde mi-temps, le public de Nantes a peu à peu pris parti pour le Japon. Sans surprise donc, les Asiatiques sont revenus dans le match, profitant de leur vitesse face aux grands gabarits russes. Dix minutes après la pause, ils n’avaient plus qu’un but de retard (25-24, à la 39e). Malheureusement pour eux, ils n’ont jamais réussi à égaliser, mis en échec par Vadim Bogdanov, auteur d’une entée ultra-efficace dans le but russe. Ses arrêts ont permis à Timur Dibirov et Pavel Atman de marquer des buts faciles en contre-attaque. L’écart a donc recommencé à grandir en faveur de la Russie, jusqu’à atteindre dix unités au coup de sifflet final (39-29).

Antonio Carlos Ortega (sélectionneur du Japon) : “Je ne pense pas que l’écart de dix buts soit mérité. Quand vous jouez contre des joueurs qui pèsent vingt kilos et mesurent vingt centimètres de plus que vous, vous devez essayer de nouvelles choses. Malheureusement, ces changements nous ont fatigués et nous en avons payé le prix en fin de match.”

Dimitri Torgovanov (sélectionneur de la Russie) : “En première période, le Japon a commencé avec sa défense 6-0 et nous avons trouvé la solution facilement, mais nos problèmes ont commencé quand ils ont changé pour une défense plus agressive. La différence de dix buts ne me paraît pas juste. Je pense que l’écart s’est fait avant tout sur la performance des gardiens de but”.

Photo : Stéphane Pillaud/IHF