L’Angola et Bahreïn s’invitent à la fête

02

29 février 2016

Parmi les neuf nations qui ont obtenu leur billet pour le Championnat du Monde 2017 en janvier dernier, certaines ne sont pas vraiment habituées à la grande scène du Mondial. C’est le cas de l’Angola et de Bahreïn, respectivement qualifiés dans les zones Afrique et Asie. Présentation croisée de deux « petits poucets » de la compétition.

 Si on ne les attendait pas forcément à ce niveau, l’Angola et Bahreïn ont chacun décroché leur qualification avec brio. Au cours du Championnat d’Afrique organisé en Egypte, les Angolais ont entamé le tour préliminaire par quatre victoires, avant de s’incliner de deux buts seulement contre la puissante Tunisie (21-23). Ils ont ensuite battu le Maroc d’un but en quart de finale (22-21), avant d’être surclassés par le pays-hôte en demi-finale (15-25). Pour se qualifier pour le 25ème Championnat du Monde en France, il ne restait plus qu’une possibilité : battre l’Algérie dans la petite finale. Alors qu’ils ne partaient pas favoris, les coéquipiers de Moreno Da Silva, élu meilleur arrière gauche du tournoi, ont dominé ce match couperet de bout en bout, et se sont imposés sans trembler (25-19).

De son côté, Bahreïn a réalisé un parcours presque sans-faute dans le Championnat d’Asie organisé à domicile. Les Bahreïnis ont ainsi remporté leur cinq rencontres de phases de groupe, dont une dernière victoire sur le fil face à l’Arabie Saoudite (25-24), qui leur a permis de décrocher la première place, et donc d’éviter le Qatar en demi-finale, véritable épouvantail de la compétition. La qualification pour le Championnat du Monde 2017 déjà assurée grâce à leur place dans le dernier carré, les partenaires du demi-centre Hussain Fakhr ont dominé le Japon en demi-finale (29-23) avant de s’incliner logiquement contre le Qatar en finale (22-27), après avoir offert une belle résistance.

Des nations en pleine progression

 Avant de se rendre en France en janvier prochain, l’Angola et Bahreïn cumulent à eux deux trois participations au Championnat du Monde. Dans ce domaine, les Angolais ont un peu d’avance, puisqu’ils comptent deux participations (2005 en Tunisie et 2007 en Allemagne), tandis que les Bahreïnis n’ont disputé qu’un seul Mondial, en 2011 en Suède. Bahreïn avait cependant gagné sa place sur le terrain pour le Mondial 2015 au Qatar mais plusieurs facteurs ont obligé cette équipe émergente à déclarer forfait pour la compétition. Du côté des résultats aussi, l’Angola a jusqu’ici fait un peu mieux, avec comme meilleur résultat une 20e place en 2005 (Bahreïn n’a pu faire mieux que 23e et avant-dernier au Mondial 2011).

Ces deux nations sont en tout cas très jeunes au haut niveau international, et leur présence commune en France en janvier prochain illustre bien leurs progrès, et à quel point elles sont en train de s’installer parmi les valeurs sûres du handball sur leurs continents respectifs. L’Angola et Bahreïn n’ont jusqu’ici jamais eu le bonheur de remporter un championnat continental, leur constance dans les résultats des dernières éditions donne à penser que ce n’est qu’une question de temps. Sur ce plan d’ailleurs, c’est cette fois Bahreïn qui semble plus proche du but. Le royaume s’est en effet classé deuxième de trois des quatre dernières éditions des Championnats d’Asie (en 2010, 2014 et donc 2016), alors que l’Angola n’a encore jamais atteint la finale du Championnat d’Afrique des Nations, malgré sa régularité (5e en 2010, 6e en 2012, 4e en 2014, 3e en 2016).

+
Les brèves