Le handball en 5 leçons : Leçon n°4, les gestes du handball

Abalo

6 janvier 2017

Jusqu’au coup d’envoi du Championnat du monde 2017, nous vous proposons de réviser vos leçons de handball. Cette quatrième leçon est consacrée aux gestes emblématiques du handball, présentés par Philippe Bana, Directeur technique national de la FFHandball.

Comme d’autres sports, le handball se caractérise par des gestes spécifiques, que l’on retrouve fréquemment en match. Bien connus des pratiquants, les termes utilisés pour désigner les gestes emblématiques du handball ne sont en revanche pas toujours bien définis pour le grand public. Pour y voir clair dans un match de handball, voici les mots qu’il faut connaître, et leur signification, expliqués par Philippe Bana.

Le tir

“C’est la base du duel avec le gardien, qui fait la force du handball par rapport au basket ou au volley. Il existe le tir en appui, désaxé, en suspension, à la hanche, en plongée, à longue portée. Chez les Bleus, Luc Abalo, grâce à sa suspension interminable, joue littéralement avec le gardien grâce à sa spéciale, le tir retardé, tandis que Nikola Karabatic est d’abord un tireur de combat. Mais le plus impressionnant reste le Danois Mikkel Hansen, qui tire très fort, jusqu’à 120 km/h, en totale décontraction.”

La roucoulette

“Grâce à un mouvement du poignet, le ballon part vers l’extérieur du gardien puis revient à l’intérieur de la cage après avoir rebondi. C’est un peu magique, comme au tennis de table ! Ce geste est assez efficace parce qu’il déroute les gardiens qui s’attendent en général à des tirs tendus et forts. L’ailier allemand Uwe Gensheimer le maîtrise à la perfection.”

Démonstration en vidéo avec Nedim Remili et Mikkel Hansen

Le kung fu

“Le passeur jette la balle en l’air, en général au-dessus de la zone, l’attaquant la réceptionne et tire avant de retomber. Cet exploit acrobatique popularisé par les Asiatiques dans les années 1980, d’où son nom exotique, nécessite un timing parfait. Les Français Michaël Guigou et Luc Abalo s’y amusent souvent, comme deux funambules.”

On laisse les parisiens Nedim Remili, Mikkel Hansen et Gorazd Škof vous montrer ce geste en vidéo

L’arrêt du gardien

“Sur les parades de près, le gardien de but monte vers l’attaquant pour réduire son angle de tir et envahir son champ visuel. Sur les tirs de l’aile, le gardien essaie d’amener l’adversaire où il le souhaite, premier ou second poteau. En général, il tient ses bras en l’air, mains au niveau du visage, ce qui permet des parades hautes ou basses. Le gardien de but du Qatar Danijel Saric excelle dans toutes ces parades. Pour l’anecdote, on parle de “pastis” quand le gardien parvient à arrêter la balle à deux mains.”

Les tactiques de défense

“On s’éloigne ici des simples gestes du handball, mais l’organisation défensive est un élément crucial, dont le jargon est parfois méconnu. La tactique défensive la plus utilisée aujourd’hui est la 6-0 ou 0-6 : les six joueurs de champ se placent le long de la ligne de zone. Parmi les variantes, la 5-1 ou la 4-2, avec un ou deux joueurs qui sortent de l’alignement pour aller “chasser” les attaquants adverses et tenter notamment d’intercepter le ballon.”