Le match du jour : Espagne-Islande, deux géants sans leur star

Rivera_valero_01_Pillaud

12 janvier 2017

Les Arènes de Metz accueilleront ce jeudi un premier choc entre poids-lourds, l’Espagne contre l’Islande, en clôture de la première journée du Groupe B (20h45). Les incertitudes pèsent sur les deux sélections, privée chacune d’un de leur joueur-clé.

La sélection définitive pour le Championnat du monde 2017 aura donné des maux de tête à chacun des deux entraîneurs. Côté islandais, la super star Aron Palmarsson, blessée à une hanche en tout début de préparation, a tout tenté pour revenir, en vain. L’arrière de Vezprem a réalisé un essai non concluant le 10 janvier dernier lors d’une session d’entraînement de son équipe en Lorraine, qui l’a contraint à renoncer à participer à la compétition sur les conseils du staff médical. Le sélectionneur Geir Sveinsson a donc fait le choix de réduire sa liste à 15 joueurs au lieu des 16 potentiels, afin de conserver une place vacante pour le pivot Vigni Svavarsson, toujours malade. Le staff espère pouvoir l’inclure dans le groupe un peu plus tard dans la compétition lorsqu’il sera totalement rétabli.

Malgré ces absences, les handballeurs islandais savent, comme leurs compères footballeurs, qu’ils pourront compter sur leurs très fidèles supporters. Quelque 200 fans ont acheté leurs billets pour chacun des cinq matches du groupe programmés en Lorraine. Et ils se sont déjà organisés entre eux pour se réunir avant et après les matches pour faire la fête au centre-ville de Metz. Ambiance bon enfant assurée !

Entrerrios encore trop juste

Le nouveau coach espagnol Jordi Ribeira, à la tête de la sélection depuis fin septembre après avoir mené les Brésiliens en quarts de finale olympiques l’été dernier, a dû lui aussi jongler avec les blessures. Ainsi, son capitaine et demi-centre Raul Entrerrios, touché à un adducteur et toujours convalescent n’est que 17e joueur sur la liste officialisée hier. Préservé pour l’instant, le Barcelonais pourrait intégrer l’équipe plus tard dans le tournoi.

Pour affronter l’Islande, Ribeira pourra en revanche compter sur son arrière droit Alex Dujshebaev, fils de Talant, la légende du handball, élu par deux fois joueur mondial de l’année par la Fédération internationale (1994, 1996). «C’est une compétition extrêmement importante, a affirmé le jeune Dujshebaev, toujours amer après la non qualification aux JO de Rio. Un nouveau cycle olympique qui débute, il faudra nous montrer à la hauteur, surtout après notre absence à Rio. Bien sûr, nous nous battrons pour une médaille, mais les équipes ici nous connaissent bien, et rien ne sera facile

Espagne – Islande n’a rien d’un duel inédit puisque les deux formations se sont déjà affrontées à 46 reprises. Les Ibères possèdent un net avantage avec 32 victoires pour 12 défaites et 2 matchs nuls. Et surtout la Roja reste sur quatre victoires lors des quatre derniers affrontements (l’ailier gauche Valero Rivera en action ci-dessus).

Deux autres matchs du groupe B sont programmés dans les Arènes de Metz, qui affichent complet ce jeudi : Slovénie-Angola (14h45) et Macédoine-Tunisie (17h45).

Photo : Stéphane Pillaud / IHF