Le recrutement des bénévoles bat son plein !

Entretien Rouen (3)

3 mai 2016

Lancée en octobre dernier, la campagne de recrutement des bénévoles est entrée en février dans une nouvelle phase, avec le début des entretiens individuels, qui vont se poursuivre jusqu’au début de l’été. L’occasion de faire le point avec Jad Zoghbi, responsable Programme Bénévoles au sein du Comité d’Organisation.

Durant le Championnat du Monde 2017, les bénévoles seront partout, de l’accompagnement des équipes à celui des spectateurs, en passant par l’aménagement des sites et l’encadrement des médias. Leur importance est donc cruciale, et le Comité d’Organisation a mis en place un dispositif de recrutement en conséquence.

« On a commencé le 8 octobre 2015 avec un appel à candidatures, à destination de tout le monde, explique Jad Zoghbi, l’homme chargé de mener cette campagne de recrutement. Et on est entré depuis début février dans la phase 2, qui est la rencontre individuelle avec tous les candidats. On est parti du principe que tous ceux qui se sont inscrits, en tout cas les profils qui nous intéressent, nous souhaitons les voir individuellement, en entretien. »

Un besoin de candidats à Brest et à Rouen

Sachant que l’appel à candidatures a connu un certain succès, cela prend du temps. « Nous avons récolté plus de 2 000 inscriptions, et notre objectif est d’avoir un dispositif de 1 850 bénévoles », pose Jad Zoghbi, avant de nuancer : « si on lit juste les chiffres, nous avons plus d’inscriptions que de besoins, mais il y a des sites plus actifs que d’autres en termes d’inscriptions. » Deux territoires hôtes en particulier n’ont pas encore enregistré suffisamment d’inscriptions : Brest et Rouen. Dans ces deux territoires, toutes les candidatures sont donc les bienvenues !

Si vous n’êtes ni de la région brestoise, ni de la région rouennaise, mais que vous souhaitez tout de même déposer votre candidature pour devenir bénévole, rassurez-vous : les inscriptions sont toujours ouvertes. Elles le resteront jusqu’au 31 mai à Lille Métropole, Montpellier, Nantes et Paris. Pour les quatre autres territoires hôtes (Albertville, Brest, Metz et Rouen), les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 14 juillet.

Entretien Rouen
Trois sessions de formation

La campagne de recrutement entrera donc dans une nouvelle phase à partir de la mi-juillet. À cette date, les bénévoles auront non seulement été sélectionnés, mais surtout répartis dans l’un des différents départements relevant du programme bénévoles. « On a identifié 17 départements, qui sont des gros blocs de missions : médias, hébergement, transports, etc., détaille Jad Zoghbi. Au sein de ces 17 départements, il y a des missions plus précises, on en a identifié 70 au total. En juillet, les bénévoles que nous aurons sélectionnés vont être assignés à l’un de ces 17 gros blocs. »

La formation des bénévoles se déroulera ensuite en trois temps : un socle commun qui rassemblera tout le monde, une formation spécifique à chaque « bloc de missions » et une formation sur le site du territoire hôte concerné. « Ensuite, nous attribuerons des missions très précises aux bénévoles, en fonction des blocs qu’on leur a donné, complète Jad Zoghbi. L’idée, c’est de ne pas fonctionner dans un cadre trop strict, de se laisser la possibilité de mettre des bénévoles sur plusieurs missions différentes. Cela permet aussi que chacun puisse prendre le rôle de l’autre si besoin. »

« Avec des bénévoles motivés et impliqués, c’est déjà 50% de l’évènement qui est réussi »

Ces sessions de formations seront organisées « entre octobre et fin décembre, ou tout début janvier » par le CO. D’ici-là, la mission de Jad Zoghbi et de ses collaborateurs sera également d’animer le réseau de bénévoles qui est en train d’être constitué. L’idée est d’impliquer au maximum les bénévoles en amont « en les alimentant en informations, en mettant à leur disposition des supports de formation ».

Faire en sorte que les bénévoles aient vraiment le sentiment de faire partie d’une équipe au sein de l’organisation est une nécessité pour réussir le Mondial. « Sur un évènement international de ce type-là, à partir du moment où les bénévoles sont heureux d’être là, motivés et impliqués, c’est déjà 50% de l’évènement qui est réussi, puisque ça va rejaillir sur les autres populations, les équipes, les médias, etc. », estime Jad Zoghbi. « Notre objectif, c’est que les bénévoles acquièrent cette flamme, l’aient en eux avant le Mondial, et qu’ils la diffusent ensuite pendant l’évènement, puisqu’au final, ce sont eux que tout le monde va voir. »

+
Les brèves