MAC-ESP : L’Espagne prête pour sa “finale”

32241432732_f29f9d9a14_z

18 janvier 2017

A vingt-quatre heures de son match face à la Slovénie, qui décidera du nom du premier du groupe B, l’Espagne a dû batailler pour venir à bout de la Macédoine (29-25), ce mercredi, devant 3951 spectateurs aux Arènes de Metz.

L’Espagne poursuit sa montée en puissance. Après trois succès sur l’Islande, la Tunisie et l’Angola, et avant de retrouver la Slovénie pour la “finale” du groupe B, jeudi (20h45), la sélection dirigée par Jordi Ribera a pris deux nouveaux points contre la Macédoine (29-25), ce mercredi. Assurément son match le plus compliqué jusque-là. A douze minutes du coup de sifflet final, les deux équipes n’étaient en effet séparées que d’un point (22-21). Valero Rivera (11/14 dont 5/5 pen.) et Alex Dujshebaev (5/6) ont alors accéléré pour mettre les leurs à l’abri.

En début de rencontre, les grands absents des derniers Jeux Olympiques ont dû attendre plus de trois minutes pour inscrire leur premier but, par Angel Fernandez. Et alors qu’ils pensaient avoir fait un premier trou (8-5, 16e), la Macédoine recolle en marquant deux fois dans la cage désertée par Gonzalo Perez de Vargas. Dans un contexte forcément particulier pour lui, avec cinq de ses partenaires à Barcelone dans le camp d’en face (Perez de Vargas, Rivera, Tomas, Entrerrios et Morros), Kiril Lazarov fait honneur à son statut de meilleur buteur de la compétition (6/10 dont 2/2 pen.). Il se permet même de lancer, et conclure deux doubles kung fu avec ses ailiers Dejan Manaskov et Goce Georgievski. Du grand spectacle !

Efficace au tir, la Macédoine se retrouve à +3 (14-11) à la 26e. Le moment choisi par Ribera pour offrir à son capitaine Raul Entrerrios ses premières minutes dans la compétition. Remis de sa blessure aux adducteurs, l’homme aux 216 sélections, intégré dans la liste plus tôt dans la journée, ne marque pas mais contribue au sursaut de son équipe, qui recolle (14-14) avant la pause. Il constituera à coup sûr une alternative, ou un complément, à Joan Canellas, en difficulté (1/4). Après quinze nouvelles minutes équilibrées, l’Espagne inscrit donc 5 buts consécutifs, dont 4 pour le seul Rivera, intenable. Efficace sur son aile, en contre-attaque et sur penalty, l’ancien joueur de Nantes a envoyé un message à la Slovénie et aux prochains adversaires des Espagnols…

Photo : Vincent Michel/IHF