Mikkel Hansen : « Super heureux et fier ! »

Hansen_JO_Pillaud

21 août 2016

Sacré champion olympique avec le Danemark suite à la victoire en finale sur la France (28-26), Mikkel Hansen a confié son bonheur.

Quel est votre sentiment après cette victoire sur la France qui était favorite de la compétition ?

Bien sûr, tout le monde disait que la France était favorite, elle avait gagné deux médailles d’or, avait l’expérience et nous avait battus lors des deux dernières finales que nous avions disputées contre elle (Championnat du monde 2011 et Euro 2014, ndlr), elle nous avait même plus ou moins détruits. Pour nous, la clé était de réussir un bon départ, de ne pas courir derrière eux avec une grosse différence de buts, comme ce fut le cas lors de ces deux dernières finales. Après la première mi-temps (16-14 à la pause, ndlr), je pense que nous avons pris beaucoup de confiance et petit à petit, nous avons été de mieux en mieux, nous avons réussi à être très efficaces en défense, notre gardien a sorti de bons arrêts, c’était vraiment un bon match de notre part aujourd’hui.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi c’est si particulier pour vous de jouer contre Thierry Omeyer, Luc Abalo, Daniel Narcisse, Nikola et Luka Karabatic, que vous connaissez si bien pour jouer avec eux en club à Paris ?

C’est difficile mais c’est aussi un plaisir de jouer contre eux parce qu’ils font partie des meilleurs joueurs du monde. Tous les joueurs de l’équipe de France, on peut tous les citer, évoluent à un très haut niveau, donc c’est un plaisir de disputer la médaille d’or contre des gens comme ça, c’est le meilleur sentiment que l’on puisse ressentir.

Aujourd’hui, vous n’aviez pas d’amis sur le terrain ?

Bien sûr, tu respectes tout le monde, mais pendant soixante minutes, ils jouaient pour la France et moi pour le Danemark, nous étions donc concurrents, pas amis.

Cette médaille constitue un gros accomplissement pour vous ?

Oui, c’est un gros accomplissement pour tout le groupe. Comme je l’ai déjà dit, c’est vraiment satisfaisant de gagner cette médaille d’or contre une équipe qui nous a battus lors des deux dernières finales, en plus avec une grosse marge. Nous nous sommes tous super heureux et fiers, nous sommes très contents de ce que nous avons fait, d’autant que lors de la phase de poule, nous n’avions pas très bien joué. Mais depuis les quarts de finale, je pense que nous avons réussi à jouer un très bon handball et à être solides mentalement.

Aujourd’hui, vous avez joué personnellement deux mi-temps différentes, la première avec beaucoup de buts (7 sur 8) et de réussite, la seconde moins…

Oui, je pense que j’étais un peu fatigué en deuxième mi-temps, « Titi » (Thierry Omeyer) a aussi fait quelques arrêts, et vers la fin, peut-être qu’ils ont davantage défendu sur moi, mais cela a donné beaucoup d’espaces aux autres gars. Et de toute façon, ce n’est pas très important, nous avons gagné la médaille d’or, je n’ai pas très envie de parler de ma propre performance.

Ce titre olympique est-il le meilleur moment de votre carrière ?

Cela pourrait bien ! C’est difficile de décrire ce que je ressens, beaucoup de satisfaction, de joie, c’est incroyable.

Quelle est la première chose que vous aurez envie de faire en rentrant chez vous ?

Fêter cette médaille d’or avec tout le monde !

+
Les brèves