Rouen ne laisse rien au hasard

visuel-news-rouen

Du 11 au 19 mars dernier, la cité normande a accueilli le 23e Championnat du Monde scolaire de Handball. Organisé par des lycéens et des professeurs d’EPS, l’évènement a permis aux équipes du Kindarena de préparer au mieux le Championnat du Monde des « grands », dont quinze matchs du premier tour auront lieu à Rouen en janvier 2017.

Le Kindarena est plein à craquer, et il reste une seconde à jouer. La France est menée d’un but, mais a un jet de 7 mètres à tirer. Dans une ambiance électrique, le tireur français croit entendre le sifflet de l’arbitre. Il s’élance, tire et égalise ! Mais sa joie est de courte durée : l’arbitre lui explique qu’il n’avait pas sifflé. Tout est à refaire. Cette fois, le gardien adverse arrête le tir et offre le titre mondial à la Turquie. Abasourdi pendant un instant, le public du Kindarena prend ensuite le temps d’acclamer les vainqueurs, et de réconforter ses héros malheureux…

Le 18 mars dernier, les 5 000 spectateurs réunis au Kindarena pour assisteraux finales du 23e Championnat du Monde scolaire de Handball sont donc passés par toutes les émotions. Un grand moment de sport, et la conclusion presque idéale d’une semaine très réussie à Rouen. Le défi était de taille en effet, puisque de l’hébergement des équipes à l’accueil des spectateurs, en passant par la sécurité, la restauration et la couverture médiatique, tous les domaines de l’organisation étaient pris en charge par des lycéens et des professeurs de la région, pilotés par le service régional de l’UNSS.

mondial-UNSS

« Recevoir un tel événement, ça permet de nous roder »

Si l’essentiel des rencontres ont eu lieu dans différents gymnases de la métropole rouennaise, les finales (ainsi que les petites finales) se sont donc déroulées au Kindarena, le vendredi 18 mars. Pour les organisateurs, il s’agissait là d’un bel aboutissement. Pour les équipes du Kindarena, c’était aussi un test grandeur nature, dix mois avant d’accueillir quinze rencontres de la phase de groupe du Championnat du Monde masculin de Handball.

« Il y a eu des réunions régulières en amont avec le directeur régional de l’UNSS et le directeur du Kindarena pour tout coordonner, et il y a également eu des relations avec la préfecture au sujet des problèmes de sécurité qu’il peut y avoir sur ce type d’événement, explique Tony Foucout, gardien et agent technique du Kindarena. Recevoir un tel événement, ça nous permet de nous roder, et aussi de peaufiner et de régler les petits soucis rencontrés . Et ça a été très formateur à ce niveau-là, notamment sur des petits points de sécurité, que l’on a adapté au fur et à mesure que les équipes se qualifiaient. La prochaine fois, on pourra beaucoup mieux anticiper. »

mondial-UNSS-hand

« On a déjà d’autres idées à apporter »

Cette journée a été une réussite pour les organisateurs,les spectateurs, et les équipes du Kindarena, qui ont pu se projeter. « Ça nous a également permis de réfléchir sur l’organisation de toute la partie non visible du Kindarena (salons, etc.), complète Tony Foucout. On a déjà d’autres idées à apporter, qu’on proposera au Comité d’Organisation en vue du Mondial 2017. »

Inauguré en 2012 et d’une capacité maximale de 5600 spectateurs, le Kindarena fait partie des enceintes sportives les plus modernes du pays, mais n’a encore jamais accueilli un événement international de la dimension du Championnat du Monde de Handball. Ses responsables ont donc décidé de ne rien laisser au hasard pour offrir aux spectateurs du Mondial une expérience inoubliable. Pour être sûr de participer à la fête, des places pour les matchs qui auront lieu à Rouen sont déjà en vente, sous la forme de packs Trio (3 matchs), Quatro (4 matchs) ou Total (5 matchs).

+
Les brèves
Devenez
Découvrez
nos albums photos