RUS-BRE : La Russie (3e) et le Brésil (4e) filent en 8e

32253677282_32d2ca257c_z

19 janvier 2017

En ouverture de la dernière journée du groupe A, la Russie a dominé le Brésil (28-24) au Hall XXL de Nantes. Cette victoire permet aux Russes de prendre la 3e place du groupe A. Ils joueront leur huitième de finale à l’AccorHotels Arena de Paris, samedi 21 janvier (20h45), tandis que les Brésiliens, finalement 4e, joueront le leur à l’Arena de Montpellier le même jour, à la même heure.

Avant ce Russie-Brésil, l’équation était assez simple : le gagnant monterait sur la troisième marche du podium du groupe A, dominé par l’équipe de France. Et c’est la Russie qui a trouvé la solution, l’emportant 28-24. Le début de la première période est un festival de buts, puisque aucun gardien ne réussit un seul arrêt. Le score reste serré : Alexandro Pozzer et Haniel Langaro font tourner le compteur côté brésilien imités par Gleb Kalarash et Sergey Shelmenko côté russe. Preuve des difficultés défensives des deux équipes, chacune décide de remplacer son gardien de but dans la même minute. Après un quart d’heure, rien n’est joué (10-10). Les changements dans les cages rendent les deux défenses plus hermétiques : aucune équipe ne score durant quatre minutes, avant que Joao Silva et Haniel Langaro ne donnent deux buts d’avance au Brésil à cinq minutes de la pause. Pas assez pour distancer la Russie, d’autant que Dimitri Zhitnikov marque à la dernière seconde. A la pause, la Russie n’a qu’un but de retard (14-15).

Le scénario reste le même en seconde période, pour le plus grand plaisir des 5197 spectateurs présents. Chacune leur tour, les deux équipes peinent en attaque. Ainsi, la Russie ne marque pas pendant six minutes… avant de garder sa cage inviolée les six suivantes. Elle se repose beaucoup sur ses joueurs de la base avant, respectivement Mikhaïl Chipurin et Igor Soroka (photo). Grâce à ce duo, la sélection de Dimitri Torgovanov prend deux fois deux buts d’avance et même trois à dix minutes de la fin du match (24-21, 50′). Elle durcit ensuite sa défense – Alexander Chernoivanov est définitivement exclu après trois exclusions deux minutes – et c’est la bonne manière de procéder. Le Brésil a de plus en plus de mal à atteindre la cage russe. Les Russes dominent cette deuxième mi-temps et Alexandr Dereven clôt les débats à quatre minutes de la fin en donnant quatre buts d’avance à son équipe (28-24, score final). Victor Kireev, le gardien russe, est quant à lui élu “homme du match”. La Russie jouera son huitième de finale à l’AccorHotels Arena de Paris, samedi 21 janvier (20h45), tandis que le Brésil, finalement 4e, jouera le sien à l’Arena de Montpellier le même jour, à la même heure.

Les réactions :

Washington Silva (sélectionneur du Brésil) : “Cette défaite nous fait mal. Les Russes sont très forts physiquement et nous avons eu du mal face à leur défense. Nous nous sommes bien battus pendant les 45 premières minutes du match, mais nos dix dernières minutes ont été très mauvaises. Nous devons féliciter leur gardien de but qui a très bien joué en seconde mi-temps. Même si nous avons perdu aujourd’hui, nous allons en huitièmes de finale et le bilan de cette phase de groupe est positif. Pour la troisième fois de suite, nous nous qualifions et c’est très bien pour le Brésil ».

Dimitri Torgovanov (sélectionneur de la Russie) : “Nous savions tous que le match contre le Brésil serait très compliqué. En défense, nous avons eu des problèmes à contrôler leur pivots, mais nos gardiens ont très bien joué en deuxième période. Nos changements à la pause nous ont aidés en fin de match. Nous sommes évidemment très heureux de nous qualifier pour les huitièmes de finale et de jouer à Paris samedi”.

Photo : Stéphane Pillaud/IHF