SLO-Dolenec : “On va rester dans l’histoire”

31763876003_8d8c7a32f2_z

28 janvier 2017

Sourire aux lèvres après le bronze historique obtenu par la Slovénie samedi (31-30 contre la Croatie), Jure Dolenec a exprimé sa fierté de représenter ainsi son pays. “Je pense qu’on peut aller loin avec cette équipe”, a-t-il ajouté.

Quel scénario incroyable ! Pouvez-vous nous raconter la fin de rencontre ?
C’était vraiment un match de fou, on était derrière tout le match, même à moins sept à un moment… Mais on croyait tout le match qu’on pouvait revenir. On ne jouait pas bien, on ne trouvait pas notre jeu, mais dans les dix dernières minutes, c’était vraiment extraordinaire. Ils n’ont plus trouvé de solution en attaque, parfois ils n’ont même pas tiré. Nous, on a marqué à chaque fois après seulement cinq ou dix secondes. C’était vraiment incroyable.

Que vous êtes-vous dit pour revenir comme cela ?
Quand tu es en train de perdre comme nous, il ne te reste pas grand chose à faire. On a défendu au maximum, on a fait tout ce qui était possible. Et après, on a couru comme des fous. On a essayé de marquer rapidement à chaque fois, on ne regardait même plus combien de temps il restait. Finalement, ça s’est bien passé, mais c’est sûr qu’on a pris beaucoup de risques aussi.

Cette médaille de bronze est historique, une première pour votre sélection…
C’est important pour nous, mais c’est très important aussi pour notre pays. On n’est que deux millions d’habitants et on fait de très bonnes choses, pas qu’en handball, dans les autres sports aussi. C’est sûr qu’on va rester dans l’histoire du sport slovène avec cette médaille. Je suis vraiment content et très fier.

Que vous a apporté votre sélectionneur Veselin Vujovic, arrivé en 2015 ?
Déjà, il a changé presque toute l’équipe. En Espagne, lors de la dernière demi-finale où nous étions (au Championnat du monde 2013), il n’y avait que six joueurs de cette équipe. Ici, il y a dix nouveaux joueurs qui n’ont jamais joué une compétition comme celle-là. Ils n’ont même pas joué 20 matchs avec l’équipe nationale. Moi, j’ai 28 ans et je suis un des plus vieux. Je pense qu’on peut aller loin avec cette équipe, qu’on peut encore progresser. Le coach nous a apporté beaucoup de choses en défense et au niveau du mental aussi. Tout le monde, les joueurs comme le staff, a donné un petit peu et le résultat est impressionnant. C’est quelque chose de spécial pour nous.

Est-ce que c’est le plus beau moment de votre carrière ?
C’est un mois très spécial pour moi. J’ai signé dans le meilleur club du monde (il quittera Montpellier pour Barcelone à la fin de la saison, ndlr) et après, j’ai gagné ma première médaille avec la sélection. Il me faut encore un peu de temps pour réfléchir à tout ça, mais c’est sûr que ce sont les plus grandes choses qui me sont arrivées jusqu’à présent.

C’est quoi le programme pour ce soir ?
Une grosse fête, ça c’est sûr ! Je pense qu’on l’a méritée !

Photo : Stéphane Pillaud/IHF