Stars du championnat du monde : Alex Dujshebaev

Alex Dujshebaev

16 décembre 2016

, ,

Chaque semaine, nous vous proposons le portrait complet d’un joueur qui fera l’actualité du Championnat du monde 2017 commenté par un des quatre ambassadeurs sportifs de la compétition. Cette semaine, l’Espagnol Alex Dujshebaev vu par Bruno Martini.

Le parcours

Comme son coéquipier en équipe d’Espagne Valero Rivera, Alex Dujshebaev est le fils d’une légende du handball, le mythique Talant Dujshebaev, élu meilleur handballeur mondial de l’année à deux reprises, en 1994 et 1996. Si elle n’a pas toujours été simple à porter, cette glorieuse filiation a permis à Alex Dujshebaev d’être immergé dans le handball de très haut niveau dès son plus jeune âge, en Espagne, pays d’adoption de son père. Il démarre ainsi sa carrière à 18 ans en Liga ASOBAL et montre rapidement de belles promesses. Meilleur buteur et meilleur arrière droit du Championnat d’Espagne en 2013 avec le BM Aragon, il signe dans la foulée à l’Atletico Madrid, mais le club dépose le bilan et disparaît avant même le début de la saison suivante. Alex Dujshebaev va alors faire le choix audacieux de s’exiler en Macédoine, au Vardar Skopje. Au sein de ce club ambitieux qui joue chaque année la Ligue des champions, il devient rapidement un joueur majeur et brille notamment sur la scène européenne, ce qui lui vaut d’être élu meilleur espoir de la Ligue des champions en 2015. International espagnol depuis 2014, il est en train de gagner ses galons de titulaire avec la Roja, dont il devrait être l’un des leaders dans les prochaines années.

L’avis de Bruno Martini, ambassadeur du Championnat du monde

“C’est un joueur qui me fait penser à Patrick Cazal. Ce n’est pas forcément l’arrière droit typique, il fait moins d’1m90, mais il est costaud, explosif et intelligent. Il excelle surtout offensivement, il peut marquer dans toutes les positions et il aussi capable d’ouvrir des brèches par la passe. Ça fait longtemps qu’on le suit parce qu’il est le fils de Talant Dujshebaev et parce qu’il a montré très tôt de très belles choses. Il doit encore s’affirmer pour être vraiment identifié comme un très bon. Il a déjà franchi un palier en quittant l’Espagne pour le Vardar Skopje, qui joue la Ligue des champions et où on lui a donné de vraies responsabilités alors qu’il était encore jeune. La prochaine étape, c’est d’assumer un rôle de titulaire en équipe nationale et de changer de club pour avoir des ambitions encore plus grandes. L’été prochain, il va d’ailleurs rejoindre Kielce, le dernier vainqueur de la Ligue des champions. Par rapport à son père, c’est un joueur un peu différent. Talant Dujshebaev n’était pas gaucher, et jouait demi-centre, donc il avait plutôt un rôle d’organisateur-tireur. Il avait un côté « élastique » qu’on retrouve un peu chez Alex, même si ce n’est pas aussi prononcé. Il est capable d’être spectaculaire, mais ce n’est pas forcément la marque de fabrique de son jeu. En fait, c’est un joueur vraiment complet, on a du mal à lui sortir une qualité vraiment dominante et un vrai défaut. C’est peut-être une piste de travail pour lui pour l’avenir : travailler certains aspects de son jeu pour en faire des aspects vraiment dominants.”

Alex Dujshebaev et le Championnat du monde 2017

“Ce Championnat du monde est très important. Ce n’est pas mon premier, mais c’est le début d’une nouvelle période pour l’Espagne, d’un nouveau cycle olympique. Donc nous devons bien travailler et bien jouer en France, particulièrement après nos dernières défaites au tournoi de qualification olympique. Nous avons connu un moment difficile et nous voulons vraiment faire mieux et nous battre à nouveau pour les médailles. La France était un bon choix pour accueillir ce Championnat du monde, car ce pays a une grande tradition de handball, donc je suis sûr que l’organisation sera réussie et que nous allons assister à un grand Championnat du monde. Nous devons aller étape par étape, mais notre but est bien sûr de viser une médaille. Mais la chose la plus importante est de respecter tous nos adversaires et rivaux dans la compétition. Dans notre groupe, il y a des adversaires que nous connaissons bien. On a affronté tant de fois la Slovénie, l’Islande et la Macédoine… Nous connaissons ces équipes et elles nous connaissent, donc nous devrons vraiment faire des bons matchs pour espérer battre ces trois nations. Nous devons aussi nous préparer à un match difficile contre la Tunisie, qui a une très bonne équipe. Ils ont beaucoup de bons joueurs, qui évoluent dans les championnats allemand, français et espagnol. Nous avons peut-être moins d’informations sur l’Angola, mais nous devrons bien préparer ce match aussi. Chaque victoire est importante et chaque point est important dans l’optique de la phase finale. Il est crucial de finir à une bonne position dans notre groupe, pour avoir de meilleures chances en huitième de finale.”

L’action phénoménale

Alex Dujshebaev est donc un joueur différent de celui qu’était son père Talant, mais comme ce dernier, il possède un poignet magique capable de gestes incroyablement spectaculaires. La preuve avec ce but formidable inscrit en octobre 2015 en Ligue des champions contre Rhein-Neckar, sur un tir à la hanche à la trajectoire aussi improbable que fulgurante. Un bijou décisif, puisqu’il scelle quasiment l’exploit du Vardar, vainqueur du géant allemand (25-19) ce soir là.

Crédits photo : RFEBM