Stars du Championnat du monde : Diego Simonet

diego-simonet

21 octobre 2016

Chaque semaine, nous vous proposons le portrait complet d’un joueur qui fera l’actualité du Championnat du monde 2017, commenté par un des quatre ambassadeurs sportifs de la compétition. Cette semaine, l’Argentin Diego Simonet, vu par Philippe Gardent.

Le parcours

Chez les Simonet, le handball est une affaire de famille. Tous deux anciens internationaux argentins, Luis Simonet et Alicia Moldes ont vu leurs trois fils, Sebastian, Diego et Pablo, marcher sur leurs traces. Particulièrement précoce, le cadet Diego Simonet a d’abord brillé avec les sélections de jeunes, menant l’Argentine à des résultats inespérés, comme la 4e place au Championnat du monde des moins de 19 ans en 2007. Elu meilleur handballeur argentin de l’année 2009, à seulement 20 ans, il choisit cette même année de tenter l’aventure en Europe, en rejoignant le club espagnol de Torrevieja, où évolue déjà son frère aîné Sebastian et où il restera deux ans. Mais c’est en France que le talent de « Chino », son surnom, va véritablement exploser au plus haut niveau. A Ivry, de 2011 à 2013, puis à Montpellier, depuis 2013, Diego Simonet fait admirer sa technique exquise et la puissance de son bras droit, mais aussi, et surtout, sa créativité et son imprévisibilité. Il a ainsi été élu meilleur demi-centre de LNH à deux reprises (2014 et 2015). Victime d’une rupture du ligament croisé du genou droit en mars 2016, celui que l’on surnomme parfois le « Messi du handball » a dû renoncer, la mort dans l’âme, aux Jeux Olympiques. Depuis, Diego Simonet, qui fêtera ses 27 ans en décembre, n’a qu’une obsession en tête : revenir à 100% de ses moyens physiques pour mener le jeu de l’Argentine lors du Championnat du monde 2017.

La fiche de l’Argentine
Championnat du monde : Le calendrier de l’Argentine
Championnat du monde : Réservez vos places !

L’avis de Philippe Gardent, ambassadeur du Championnat du monde

« Diego est un joueur hyper instinctif, qui a des qualités d’explosivité très intéressantes et qui, paradoxalement, avec son gabarit plutôt modeste pour un arrière, est capable de tirer à travers sur des distances assez longues. Il est capable à lui seul de dynamiter toute une défense. Il a le défaut de ses qualités, c’est-à-dire qu’il ne lui est pas forcément facile de jouer avec ses partenaires. Il va tellement vite, avec de tels changements de rythme, que ses coéquipiers peuvent avoir du mal à suivre parfois, mais il fait partie de la caste des joueurs qui font la différence. C’est un garçon qui pourrait jouer dans n’importe quelle équipe nationale, il apporterait forcément un plus. Et au sein de son équipe, il est essentiel. Sans Diego Simonet, l’Argentine n’est plus l’Argentine. Il est vraiment le symbole du joueur argentin, il a la « grinta », il est indiscutablement le leader et le catalyseur de cette équipe, par son abnégation et son investissement. J’ai rarement vu Diego Simonet jouer en reculant. »

Diego Simonet et le Championnat du monde 2017

« Je meurs d’envie de jouer ce Championnat du monde, personne ne peut imaginer à quel point. J’ai un énorme appétit de jouer et particulièrement de jouer en sélection nationale. J’ai terriblement souffert de ne pas être sur le terrain avec mes coéquipiers pendant les Jeux Olympiques. Nous avons une bonne équipe, mais l’Argentine manque de jeunes joueurs. Dans l’effectif actuel, nous sommes une dizaine à évoluer à l’étranger. Si tu veux espérer rivaliser sur un tel tournoi avec le Qatar, la Russie et le Danemark, tu ne peux pas te permettre de rester en Argentine. Je pense que les jeunes joueurs argentins devraient partir jouer en Europe pour progresser et atteindre leur meilleur niveau. C’est ce qui manque à la sélection pour progresser. » (Olé, 27 septembre 2016)

L’action phénoménale

Afin de mieux illustrer le talent de Diego Simonet, nous vous laissons savourer ce but splendide, précédé d’une feinte supersonique, inscrit par « Chino » lors de la finale des Jeux Panaméricains 2015, perdue par l’Argentine après prolongation face au Brésil (27-29) à Toronto.

Crédit photo : Confederacion Argentina Handball

+
Les brèves