Stars du Championnat du monde : Sander Sagosen

sagosen-sander

2 décembre 2016

Chaque semaine, nous vous proposons le portrait complet d’un joueur qui fera l’actualité du Championnat du monde 2017 commenté par un des quatre ambassadeurs sportifs de la compétition. Cette semaine, le Norvégien Sander Sagosen vu par Bruno Martini.

Le parcours

Jusqu’ici, la trajectoire de Sander Sagosen est celle d’un surdoué qui franchit un à un, et à toute vitesse, les paliers menant vers le sommet. International norvégien à tout juste 18 ans, en novembre 2013, il quitte quelques mois plus tard son pays natal pour rejoindre le club danois d’Aalborg, à l’été 2014. Capable de diriger le jeu comme de marquer sur un exploit individuel, le jeune demi-centre crève rapidement l’écran, notamment en Ligue des champions. Les plus grands clubs d’Europe ont déjà un œil sur lui, mais sa cote va encore augmenter lors de l’Euro 2016, où la Norvège déjoue tous les pronostics en se classant 4e, le meilleur résultat de l’histoire du pays dans une compétition internationale masculine. Etincelant durant toute la quinzaine polonaise, Sagosen est élu meilleur demi-centre du tournoi. Il est d’ailleurs  le plus jeune joueur au sein de l’équipe-type de l’Euro 2016. Elu meilleur espoir international à deux reprises par le site Handball Planet en 2015 et 2016, Sagosen a choisi de rejoindre le PSG à l’été 2017, pour poursuivre son ascension fulgurante. En janvier prochain, les spectateurs français vont donc pouvoir découvrir celui qui sera bientôt un joueur majeur de la Lidl Starligue, et qui est d’ores et déjà, à 21 ans, l’atout principal de l’imprévisible sélection norvégienne.

L’avis de Bruno Martini, ambassadeur du Championnat du monde

“Pour moi, c’est le joueur du futur. C’est un joueur hyper polyvalent, dont le talent a vraiment éclaté au dernier Championnat d’Europe. Même si la Norvège a eu un peu de mal à confirmer depuis, je suis convaincu que c’est un futur très grand. Il me rappelle un peu un autre jeune joueur qui pouvait jouer arrière gauche ou demi-centre, un certain Nikola Karabatic. Sa palette de jeu est très variée, il peut jouer au près, il peut tirer de loin, mais il peut aussi très bien faire jouer les autres. Il a cette culture scandinave qui en fait un joueur techniquement complet. C’est un leader, quelqu’un qui sait où il va. On aura d’ailleurs beaucoup de plaisir à le voir jouer au PSG l’année prochaine ! Il fera sans aucun doute partie du top 5 des meilleurs joueurs mondiaux dans très peu de temps. Il a encore quelques points faibles, ce n’est pas un grand défenseur, mais il est à l’âge où l’on apprend vite. C’est aussi quelqu’un qui doit être confronté aux exigences du très haut niveau sur la durée, c’est le but de son arrivée au PSG l’été prochain. Sur le Championnat du monde, on attend la Norvège avec curiosité, parce qu’elle a laissé entrevoir des choses vraiment intéressantes à l’Euro, mais en même temps, il faudra voir s’ils ont enfin digéré cette 4e place en Pologne, et s’ils peuvent s’installer dans la durée parmi les nations majeures. Sander Sagosen va forcément avoir un rôle crucial à jouer dans cette perspective.”

Sander Sagosen et le Championnat du monde 2017

“C’est mon premier Championnat du monde, donc je suis bien sûr très excité d’y participer. Et après notre bon résultat à l’Euro 2016, j’ai encore plus hâte de disputer cette nouvelle compétition. J’aime vraiment la France, et c’est le pays dans lequel je vais vivre dans les prochaines années, donc je suis heureux que ce Championnat du monde se déroule en France. Notre but est d’abord de sortir de notre poule à une bonne position. Et mon rêve est d’aller aussi loin qu’à l’Euro 2016, et peut-être même plus loin. Mais nous devons commencer par cette phase de poules. Je pense que nous avons une poule plutôt difficile. La France est l’équipe la plus forte. Ils jouent à domicile et ont vraiment une très bonne équipe. La Pologne aussi a une bonne équipe, mais ils ont connu quelques difficultés dernièrement. Du coup, je pense qu’ils seront forts en janvier. La Russie a une équipe très physique, leurs joueurs sont grands et ils tirent beaucoup de loin. Le Japon joue un handball très rapide avec des joueurs plus petits, mais qui compensent par leur vitesse. Le Brésil est une équipe qui joue avec beaucoup d’enthousiasme. Ils ont bien joué aux Jeux Olympiques de Rio, donc ça va être un gros défi pour nous de les affronter.”

L’action phénoménale

Aussi agile que solide à l’impact, Sagosen est donc capable de dynamiter une défense à lui seul. Illustration avec cette action fabuleuse lors de la demi-finale de l’Euro 2016 perdue face à l’Allemagne après prolongation (33-34). Au milieu de la rugueuse défense des futurs champions d’Europe, le Norvégien se débarrasse de trois adversaires pour aller tromper Andreas Wolff d’un tir parfaitement placé. Phénoménal, de bout en bout.

A 0’27”

Crédit photo: Svein Andre Svendsen/NHF