Stars du Championnat du monde : Thierry Omeyer

S. Pillaud/FFHandball

28 octobre 2016

Chaque semaine, nous vous proposons le portrait complet d’un joueur qui fera l’actualité du Championnat du monde 2017 commenté par un des quatre ambassadeurs sportifs de la compétition. Cette semaine, Thierry Omeyer vu par Valérie Nicolas.

Le parcours

Compliqué de résumer le parcours de Thierry Omeyer, tant son palmarès est fourni en titres et distinctions personnelles. Mais c’est certainement celle de “Meilleur gardien de but de tous les temps” décernée par l’IHF qui résume le mieux le poids du gardien de but de l’équipe de France dans l’histoire du hand hexagonal et international. Après des débuts à Sélestat, l’Alsacien migre vers Montpellier, où il remporte sa première Ligue des Champions, une compétition qu’il gagnera également trois fois avec le club allemand de Kiel, où il évoluera de 2006 à 2013. Après un retour d’un an à Montpellier, Thierry Omeyer porte les couleurs du Paris Saint-Germain depuis 2014. L’armoire à trophées du gardien français, âgé de 40 ans, est plus que bien remplie : deux titres olympiques, autant de champion d’Europe et quatre titres mondiaux, voilà pour l’équipe de France, avec à la clé une distinction de “Handballeur de l’année IHF” en 2008. Sa longévité, sa constance et son refus de la défaite sont les caractéristiques de celui qui devrait encore être un des joueurs clés des Bleus lors du Championnat du monde 2017.

L’avis de Valérie Nicolas, ambassadrice du Championnat du monde 

« Cet homme est un extraterrestre. Sa longévité et sa régularité sont impressionnantes, tout comme sa capacité à répondre présent dans les grands moments. Thierry est un gros bosseur qui ne s’est jamais reposé sur ses acquis et qui veut tout gagner, tout le temps. C’est ce qui fait sa force, ce refus de la défaite. Et quand on sait que le poste de gardien est un des plus importants dans le handball, étant le dernier rempart, on comprend pourquoi l’équipe de France a gagné autant de titres. C’est compliqué de lui trouver le moindre point faible. Ce Championnat du monde sera-t-il son dernier ? Seul lui le sait, mais il voudra évidemment l’emporter à la maison. »

Thierry Omeyer et le Championnat du monde 2017

« Pour avoir déjà eu ce plaisir en 2001, je sais à quel point gagner un titre mondial à domicile est quelque chose d’exceptionnel. Forcément, notre envie va être décuplée par le fait de jouer devant des salles pleines avec énormément de gens pour nous soutenir. Cette équipe a déjà gagné beaucoup de titres, être capable de l’emporter à la maison, ça serait vraiment quelque chose de très fort. Il y aura tout un pays derrière nous, on jouera dans de belles salles, dans de grosses ambiances, tout ce qu’on aime. Tous les groupes sont assez équilibrés, le but sera de bien sortir de la phase de poules, où on va trouver des équipes comme la Pologne ou la Norvège, qu’il ne faudra pas sous-estimer. Ensuite, une autre compétition commencera. »

L’action phénoménale

Il y a le choix quand arrive le moment où choisir un arrêt pour illustrer le talent de Thierry Omeyer, tant le Français en a réalisé pendant sa carrière. Mais celui-ci, réalisé au Super Globe en septembre, montre que le gardien de l’équipe de France n’a rien perdu de sa vista, à bientôt quarante ans. Trois arrêts de près en trente secondes, qui plus est face à Kielce, le vainqueur de la Ligue des Champions, “Titi” ne fait pas semblant. Tout simplement, impressionnant !

+
Les brèves