Stars du Championnat du monde : Wael Jallouz

jallouz_portrait

25 novembre 2016

Chaque semaine, nous vous proposons le portrait complet d’un joueur qui fera l’actualité du Championnat du monde 2017 commenté par un des quatre ambassadeurs sportifs de la compétition. Cette semaine, le Tunisien Wael Jallouz vu par Jérôme Fernandez.

Le parcours

Wael Jallouz est le fleuron de la génération dorée tunisienne 90/91, aux côtés d’Oussama Boughanmi ou Amine Bannour, des joueurs qu’il côtoie actuellement en sélection. Au poste d’arrière gauche, il est un titulaire indiscutable de la Tunisie, sa puissance et son bras en font une arme offensive redoutable. Et forcément, de tels atouts n’ont pas laissé longtemps insensibles les cadors du handball européen. En 2013, alors âgé de 22 ans, Jallouz rejoint l’Allemagne et le THW Kiel. Pour une expérience mitigée, avec quelques fulgurances, mais peu de temps de jeu. Un an plus tard, il remet le cap au sud et rejoint Barcelone, un autre temple handballistique. Et on retrouve alors le joueur si spectaculaire qu’on croyait éteint sur les bords de la Baltique. Dans un championnat qui lui donne le temps d’apprendre et de s’acclimater, il est une des révélations de la saison 2014/15. Mieux, il répète ses grandes performances en Champions League, face à des adversaires renommés. Désormais armé d’une expérience bien plus grande, il pourrait bien mener la Tunisie à un résultat en France, après des Jeux Olympiques où son équipe a été éliminée au premier tour.

L’avis de Jérôme Fernandez, ambassadeur du Championnat du monde

“C’est un joueur qui a mis longtemps à éclore et à trouver ses marques. Si son arrivée dans le championnat allemand n’a pas été un franc succès, c’est aussi parce que la Bundesliga est assez particulière au niveau du style de jeu. Et pour un Tunisien, ce n’est jamais évident de s’adapter au nord de l’Allemagne non plus. Il semble avoir trouvé à Barcelone un cadre plus propice à son expression où il a trouvé ses marques. Techniquement, c’est un arrière très puissant, à l’aise sur des grandes courses où il prend le ballon lancé et tire. Une fois qu’il est en course, il est très difficile à stopper et son bras est surpuissant. Il a encore une grande marge de progression, c’est un joueur très brut sous certains aspects et il n’est arrivé au très haut niveau qu’assez tardivement. A Barcelone, il a également plus de temps pour progresser que ce qu’il a pu avoir à Kiel, où le championnat est plus fort.”

Wael Jallouz et le championnat du monde 2017

“Je suis très impatient à l’idée de jouer le Championnat du monde en France. Nous n’avons pas eu de très bons résultats dans les dernières compétitions que nous avons jouées, mais nous y avons gagné en expérience et j’espère que nous pourrons en profiter en janvier. Quand on voit le niveau du Championnat de France et l’engouement autour du handball, on se dit que tout sera là pour avoir une belle compétition. Nous serons dans un groupe compliqué, avec l’Espagne, la Slovénie ou l’Islande mais nous voudrions bien figurer et faire honneur à notre qualification. Nous avons prouvé par le passé que nous étions capables de battre des grosses équipes.”

L’action phénoménale

Vous l’avez bien compris, le Tunisien Wael Jallouz possède un bras phénoménal, capable de percer n’importe quelle défense. Et sur cette vidéo, on voit qu’il est même capable de passer à travers un mur entier de joueurs, tout ça sans même sauter ! Un pétard monumental avec un joli coup de poignet pour mettre la balle dans la lucarne, le gardien ne peut strictement rien faire. Même le commentateur en perd sa voix !

 

 

+
Les brèves