Thierry Braillard : “Triplement important”

ThierryBraillard

8 janvier 2017

A l’approche du coup d’envoi du Championnat du monde masculin de handball 2017, le Secrétaire d’Etat chargé des Sports, Thierry Braillard confie sa joie d’accueillir un tel événement et ses attentes de voir les Experts briller.

En quoi ce Championnat du monde est-il important pour le handball et au-delà pour la France ?

Il est triplement important. Sur le plan sportif d’abord, nous sommes champions du monde sortant et le hand a donné au sport français ses plus beaux titres ces dernières années. Cet été nos équipes masculines et féminines ont ainsi été toutes deux finalistes des Jeux à Rio et les féminines viennent de remporter la médaille de bronze lors de l’Euro. Dans le même temps, la France s’est imposée comme un des plus grands organisateurs d’événements sportifs internationaux. Après le grand succès de l’Euro de basket en 2015, puis celui de l’Euro de football l’été dernier, accueillir le Championnat du monde de hand nous permet de garder le rythme ! D’autant que s’annoncent les Championnats du monde et de hockey-sur-glace et de lutte en mai et août. Nous restons donc leaders en matière d’organisation au niveau international. Enfin, dans le cadre de la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, accueillir ce Championnat du monde est un signe important.

Outre Paris, cet événement est accueilli par sept villes, c’est aussi un symbole fort…

Oui, cela permet à tout le pays de s’approprier l’événement. C’est la raison pour laquelle, depuis le début, j’ai loué le projet du président de la Fédération Française de Handball et du Comité d’Organisation, Joël Delplanque, de faire jouer les matchs de poules sur différents sites du territoire.

Quel a été votre rôle dans l’organisation du Championnat et quel sera-t-il pendant la compétition ?

Il s’agit d’être toujours en soutien. D’abord d’un point de vue financier. Puis pour accompagner la Fédération et le Comité d’Organisation dans les moments importants. Et enfin en menant notre propre action, le dispositif “Tous prêts !”. Comme nous l’avons fait pour l’Euro de football, nous avons acheté des places pour les offrir à des associations qui mènent des actions citoyennes, éducatives et durables, que nous avons décidé de soutenir. Cette opération a encore rencontré un franc succès et je me réjouis que le Championnat du monde puisse ainsi s’ouvrir au plus grand nombre.

Quel regard portez-vous sur cette passion française qu’est devenu le handball depuis le début des exploits des Bleus il y a vingt ans ?

Etre couronné champion du monde, c’est déjà exceptionnel, mais rester au sommet dans la durée, c’est encore plus grand. C’est ce qu’a réussi le hand français, masculin et féminin, j’insiste.

Quel lien entretenez-vous avec le handball à titre personnel ?

J’y ai joué au lycée, mais jamais dans un club. Et ensuite, de par mon positionnement régional (à Lyon), j’ai connu les Lathoud et Munier lorsqu’ils jouaient à Vénissieux (jusqu’en 1992), puis l’éclosion des Barjots et l’envol du hand français. Mais mon meilleur souvenir reste sans aucun doute le titre mondial des Bleus à Doha au Qatar, en 2015, en particulier la troisième mi-temps, qui reste dans les mémoires de tous les joueurs, de l’ambassadeur et du ministre que je suis, nous avons réellement vécu ce titre ensemble.

Quels sont vos joueurs favoris ?

C’est délicat d’en citer certains plus que d’autres, mais chez les Français, je dirais spontanément Nikola Karabatic, et chez les étrangers, Mikkel Hansen. Mais je ne peux pas ne pas citer Thierry Omeyer, qui symbolise pour moi l’image du hand et Daniel Narcisse, un joueur extraordinaire, toujours là dans les moments importants. Ces trois Bleus sont en plus des garçons charmants, avec des têtes bien faites.

Oseriez-vous un pronostic ?

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais nos fondamentaux me semblent extrêmement solides. Et je crois que le fait de jouer à domicile sera un plus et poussera les Bleus à se sublimer pour conserver leur titre acquis il y a deux ans au Qatar.