Votre journée phénoménale

31461504734_3ce5cf0dd0_z

16 janvier 2017

Toutes les poules sont concernées par les sept affiches de ce lundi 16 janvier. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la sixième journée du Championnat du monde.

Le match du jour :  Pologne-Russie (20h45, Hall XXL, Nantes)

Attention, défaite interdite ! Bien plus qu’une troisième rencontre, pour les deux équipes cette opposition a des allures de seizième de finale. Un match de la dernière chance donc, pour continuer à croire aux huitièmes de finale et éviter dès ce soir un aller direct et précoce pour la Coupe du Président, réservée aux 5e et 6e de chaque poule.

La Russie a commencé le tournoi aussi bien que possible, en disposant facilement du Japon (39-29), avant de perdre face à la Norvège (24-28). “La Pologne est vraiment un tournant pour nous dans ce Championnat du monde 2017. Le résultat va décider de ce que nous pouvons espérer pour la suite, disait Dimitri Torgovanov dès vendredi. On aura eu le temps de se reposer et aucune excuse si nous perdons. Nous sommes plus expérimentés qu’eux, nous devons gagner”.

De l’autre côté du terrain, Piotr Chrapkowski, l’arrière gauche polonais, espère que son équipe aura tiré les leçons de ses deux premières défaites, contre la Norvège (20-22) et le Brésil (24-28). “Il ne nous a pas manqué grand chose pour gagner, juste un petit peu d’efficacité dans les dernières minutes des deux matchs, a-t-il analysé. Nous nous attendons à un autre match serré, et malgré la jeunesse de notre équipe, j’espère que nous aurons appris de nos erreurs pour garder une chance de nous qualifier pour le prochain tour.”

Les autres matchs en trois infos :

Groupe B, Arènes de Metz

17h45 Slovénie-ARY Macédoine
– Un remake du huitième de finale du Championnat du monde 2015, à Doha, au Qatar, qui avait vu la Slovénie s’imposer face à l’ARY Macédoine (30-28).
– Quatre des joueurs de la sélection slovène au Championnat du monde 2017 jouaient déjà le tournoi au Qatar en 2015 : Vid Kavticnik, Jure Dolenec, Matej Gaber and Marko Bezjak
– Depuis le début du tournoi 2017, le Macédonien Kiril Lazarov a marqué ses dix jets de sept mètres, un record.

20h45 Espagne-Angola
– Ces deux sélections ne se sont jamais affrontées en Championnat du monde ou aux Jeux Olympiques.
– L’Angola qui participe pour la deuxième fois seulement à un Championnat du monde affiche un ratio d’arrêts de 17% après ses deux premiers matchs, contre la Slovénie (25-42) et contre l’ARY Macédoine (22-31).
– Le gardien angolais Giovany Ranel Muachissengue a marqué son tout premier but en sélection contre l’ARY Macédoine, samedi 14 janvier.

Groupe C, Rouen, Kindarena

17h45 Hongrie-Chili
– Après deux courtes défaites face aux deux favoris du groupe C, l’Allemagne (23-27) et la Croatie (28-31), la Hongrie vise toujours les huitièmes de finale. « Nous avons toujours notre destin entre les mains, nous allons nous battre pour finir troisième de la poule », a affirmé son sélectionneur, Xavier Sabate.
– Le capitaine hongrois, l’immense Laszlo Nagy, 2,09 m et 35 ans, n’a pas pu entrer en jeu face à la Croatie, suite à sa blessure à la cheville durant le match d’ouverture contre les Allemands. Sa présence face au Chili est incertaine. « Nous ne prendrons aucun risque, a confirmé Sabate. Nous avons trop besoin de Laszlo pour les matches décisifs. »
– Après sa victoire surprise contre la Biélorussie (32-28), le coach du Chili, l’espagnol Mateo Garralda, sextuple vainqueur de la Ligue des Champions, veut faire un coup contre l’équipe de son compatriote Sabate. « Nous rêvons de nous qualifier pour les 8e, même si l’obstacle hongrois est très haut pour nous. »

20h45 Croatie-Biélorussie
– Si elle bat la Biélorussie, la Croatie validera d’ores et déjà sa qualification pour les huitièmes après ses deux victoires contre l’Arabie Saoudite et la Hongrie. Suite à sa défaite en ouverture face au Chili, la Biélorussie, elle, est désormais contrainte de gagner contre un des deux favoris, les Croates, ce lundi ou les Allemands, mercredi 18 janvier (17h45), pour espérer mieux qu’une participation à la Coupe du Président, comme en 2015 (réservée aux 5e et 6e de chaque poule).
– Avant de prendre les rênes de la sélection croate, Zeljko Babic, 44 ans, a coaché le club biélorusse de Meshkov Brest (2013-2015), dont quatre joueurs évoluent dans leur équipe nationale lors de ce Championnat du monde 2017 : Andrei Yurynok, Viachaslau Shumak, Dzianis Rutenka et Siarhei Shylovich.
– Alors que la Croatie a été championne du monde en 2003 et finaliste en 2005 et 2009, la Biélorussie n’a jamais fait mieux qu’une 9e place lors du tournoi mondial. Lors de leur dernier duel à ce niveau, en 2013, lors des huitièmes de finale, la Croatie avait gagné sans forcer, 33-24.

 Groupe D, Paris, AccorHotels Arena

17h45 Egypte-Bahreïn
– Avant cette édition en France, Bahreïn n’avait participé qu’à un seul Championnat du monde, sur le sol suédois en 2011. Placé dans le groupe A, à Göteborg, il avait dominé l’Egypte 27-26, dernière confrontation officielle entre les deux nations.
– Après deux matchs joués (victoire 22-20 face au Qatar, défaite 28-35 contre le Danemark), l’Egypte affiche un ratio intéressant de 60% de réussite aux tirs. En revanche, Bahreïn n’était qu’à 32% à l’issue son premier match perdu face à la Suède (16-33).
– Joueur le plus âgé de sa sélection – il aura 33 ans à la fin de la compétition -, Ahmed El Ahmar est le co-meilleur buteur de l’Egypte depuis le début du Championnat du monde 2017 (avec un total de 11 buts, à égalité avec Eslam Eissa). L’arrière droit de Zamalek était également le porte-drapeau de son pays lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016.

20h45 Danemark-Suède
– Depuis 2000, les deux pays se sont affrontés à 13 reprises. Avec un bilan de sept victoires pour le Danemark, quatre pour la Suède, et deux matchs nuls, dont leur dernière confrontation, le 26 janvier 2016, au tour principal du Championnat d’Europe en Pologne (28-28).
– Nations phares du groupe D, le Danemark et la Suède ont vu leurs meilleurs éléments partir à l’étranger. Côté suédois, seuls cinq joueurs évoluent au pays, alors que deux Danois jouent pour leur Championnat national. Et sur l’ensemble des deux sélections, 16 joueurs évoluent en Bundesliga, le championnat allemand.
– Le Danemark et la Suède sont les seules nations, en compagnie de la France, à placer leurs deux gardiens dans le top 10 au pourcentage d’arrêts après deux rencontres. Avec 23 arrêts, le Danois Niklas Landin possède le deuxième meilleur total de la compétition, derrière le Tunisien Makrem Missaoui (25).

Photo : Stéphane Pillaud/IHF